Posts Tagged Thiéfaine

Huber Félix Thiefaine – Alligator 427

Alligators 427
Aux ailes de cachemire safran,
Je grille ma dernière cigarette.
Je vous attends.
Sur cette autoroute hystérique
Qui nous conduit chez les mutants,
J’ai troqué mon cœur contre une trique.
Je vous attends.
Je sais que vous avez la beauté destructive
Et le sourire vainqueur jusqu’au dernier soupir.
Je sais que vos mâchoires distillent l’agonie.
Moi je vous dis : « bravo » et « vive la mort ! »

Alligators 427
À la queue de zinc et de sang,
Je m’tape une petite reniflette.
Je vous attends.
Dans cet étrange carnaval
On a vendu l’homo sapiens
Pour racheter du Neandertal.
Je vous attends.
Et les manufactures ont beau se recycler,
Y aura jamais assez de morphine pour tout le monde,
Surtout qu’à ce qu’on dit, vous aimez faire durer.
Moi je vous dis : « bravo » et « vive la mort ! »

Alligators 427
Aux longs regards phosphorescents,
Je mouche mon nez, remonte mes chaussettes.
Je vous attends.
Et je bloque mes lendemains.
Je sais que les mouches s’apprêtent,
Autour des tables du festin.
Je vous attends.
Et j’attends que se dressent vos prochains charniers.
J’ai raté l’autre guerre pour la photographie.
J’espère que vos macchabées seront bien faisandés.
Moi je vous dis : « bravo » et « vive la mort ! »

Alligators 427
Aux crocs venimeux et gluants,
Je donne un coup de brosse à mon squelette.
Je vous attends.
L’idiot du village fait la queue
Et tend sa carte d’adhérent
Pour prendre place dans le grand feu.
Je vous attends.
J’entends siffler le vent au-dessus des calvaires
Et je vois les vampires sortir de leurs cercueils
Pour venir saluer les anges nucléaires.
Moi je vous dis : « bravo » et « vive la mort ! »

Alligators 427
Aux griffes d’or et de diamant,
Je sais que la ciguë est prête.
Je vous attends.
Je sais que dans votre alchimie,
L’atome ça vaut des travellers chèques
Et ça suffit comme alibi.
Je vous attends.

A l’ombre de vos centrales, je crache mon cancer.
Je cherche un nouveau nom pour ma métamorphose.
Je sais que mes enfants s’appelleront vers de terre.
Moi je vous dis : « bravo » et « vive la mort ! »

Alligators 427
Au cerveau de jaspe et d’argent,
Il est temps de sonner la fête.
Je vous attends.
Vous avez le goût du grand art
Et sur mon compteur électrique,
J’ai le portrait du prince-ringard.
Je vous attends.
Je sais que, désormais, vivre est un calembour.
La mort est devenue un état permanent.
Le monde est aux fantômes, aux hyènes et aux vautours.
Moi je vous dis : « bravo » et « vive la mort ! »

Publicités

Comments (1)

Hubert Félix Thiéfaine – Soleil cherche futur

L’infirmier de minuit distribue le cyanure
Et demande a Noé si le charter est prêt.
« Oh mec il manque encore les ours et les clônures
Mais les poux sont en rut, faut décoller pas vrai ? »
Et les voila partis vers d’autres aventures,
Vers les flèches ou les fleurs flashent avec la folie
Et moi je reste assis les poumons dans la sciure
A filer mes temps morts à la mélancolie.
Soleil, soleil,
N’est ce pas merveilleux de se sentir piégé ?

Paraît que mon sorcier m’attend à Chihuaha
Ou bien dans un clandé brumeux de Singapour
Mais je traîne les PMU avec ma gueule de bois
En rêvant que la barmaid viendra me causer d’amour
Et je tombe sur l’autre chinetoque dans cette soute à proxos
Qui me dit « Viens prendre un verre. Tu m’as l’air fatigué. »
Laisse tomber ta cuti, devient ton mécano.
C’est depuis le début du monde que l’homme s’est déchiré.
Soleil, soleil,
N’est ce pas merveilleux de se sentir piégé ?

Adieu Gary Cooper, adieu Che Guevara.
On se fait des idoles pour planquer nos moignons.
Maintenant le vent s’engouffre dans les nirvanas
Et nous sommes prisonniers de nos regards bidon.
Les monstres galactiques projettent nos bégaiements
Sur les murs de la sphère où nous rêvons d’amour
Mais dans les souterrains, les rêveurs sont perdants.
Serions-nous condamnés à nous sentir trop lourds ?
Soleil, soleil,
N’est ce pas merveilleux de se sentir piégé ?

Laisser un commentaire